dilluns, 20 de setembre de 2010

Centre-ville à Beyrouth

Le centre-ville de Beyrouth est encore en construction, après la destruction. La Place des Martyrs, en plus de la grande mosquée et le monument aux martyrs, est pleine de grues, dont l’une tient une sorte d’attraction foraine: le dîner coût là haut 17.000 dollars, disent-ils. Apparemment, il y a une table et quelques chaises. Elle doit monter et descendre de haut en bas et devenir un point de vue exceptionnel sur la ville, digne de Disneyland. Mais nos amis nous amènent à déjeuner au Le Talleyrand, délicieux, bien que la cuisine est occidentale. A Beyrouth, il n’y a pas de métro, les bus sont privées et il y a très peu, alors tout le monde est au volant de sa voiture. Le bouchon est le pain quotidien et pendant toutes les heures. Chemin du restaurant, on entend le bruit des freins d’une voiture qui a dû s’arrêter brusquement. En un clin d’œil, on voit que le conducteur sort de cette voiture, furieux, et pendant qu’il retire sa courroie tout d’un coup, il se dirige vers le conducteur par lequel il a du s’arrêter. Un sursaut nous prend. Il se peut qu’il fait partie d’une milice, dit notre amie. Il semblait avoir une sorte d’habitude de montrer sa ceinture. Puis un policier est venu pour mettre la paix.

J’ai photographié la grue au milieu de la place en face de la mosquée, de la voiture. Dans une autre photo, deux minarets cohabitent avec le clocher (qui a un haut-parleur) de l’église maronite de Saint-Georges et une grue au milieu de la ville. Et dans la troisième photo vous pouvez voir les vestiges archéologiques qui ont apparu dans les décombres de la ville détruite par la guerre, maintenant en vue.

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada