dimarts, 21 de setembre de 2010

Livres

Antoine est la plus ancienne librairie à Beyrouth et a des succursales dans toute la ville. Nous avons choisi une des boutiques tout prés de la maison. J’ai une liste de livres que j’aimerais acheter. Je n’ai pas réussi à les trouver tous, je vais l’essayer sur internet, à partir de Girona. J’achète des poètes libanais, en français, Nadia Tuéni, Georges Schéhadé, Ahmad Mansour, Adonis ... J’aime particulièrement le petit livre de Tuéni, Liban. 20 poèmes pour un amour, défini par l’auteur comme une «géographie poétique» de leurs terres. Mon amie m’explique la vie de l’écrivaine, frappée par le malheur. Nadia Tuéni avait 48 ans quand elle mourut d’un cancer lorsqu’elle est consommé à partir de 30 ans et avait enterré sa fille, 7 ans, en raison de la même maladie. Dans son oeuvre Le nageur d’un seul amour Schéhadé a inclus une stèle pour Nadia à sa mort en 1983:


Elle a quitté la main de ses amis

Pour un jardin tout bleu fermé

où l’oiseau s’envole avec son nid


Yeux noirs cheveux noirs

Et maintenant toutes les beautés de l’ombre

Sur ses épaules


Dans la soirée, à la maison, nous contemplons le coucher de soleil sur la mer et nous tâchons de le profiter bien. En Catalogne, le soleil disparaît toujours derrière les montagnes. Aucune ligne de séparation entre ciel et mer, ce soir. L’atmosphère de la ville est épais, comme une vichyssoise. Mais j’ai pu atrapper l’hélicoptère qui allait vers le sud.

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada