dimecres, 15 de setembre de 2010

Le Musée National de Beyrouth

Notre troisième jour au Liban on visite le Musée National de Beyrouth. Notre guide c’est une amie de notre amie qui y travaille. Mieux impossible. A peine arrivée de New York, où son fils vit. Le bâtiment du musée a été achevé en 1937 et a été officiellement ouvert ses portes en 1942. La vie du musée était brève puisqu’il a été fermé lorsque la guerre éclata en 1975. Personne ne pensait que le conflit serait si long, alors c’est seulement en 1982 qu’on a décidé de protéger avec quelque chose de plus que des sacs de sable les grandes pièces importantes, comme les sarcophages en marbre grec ou romain. Une structure en bois recouverte de ciment a empêché que les bombes les détruissent, comme cela s’est produit avec de plus petites pièces conservées dans 45 boîtes, et des centaines de documents. Le musée a été dans la ligne qui divisait la ville en deux belligérants régions. Outre les attentats, le musée a été la caserne de la milice. Il est maintenant un petit musée charmant, magnifiquement restauré. Et avec des pièces spectaculaires. Nous avons aussi visité le sous-sol, pas encore ouvert, où on a pu voir une belle tombe avec des murs peints, un peu à la manière des tombes étrusques de Cerveteri et Tarquinia. Le porche extérieur du musée est soutenu par quatre colonnes à chapiteaux de lotus, qu’on distingue dans une des photograhies. Sur l’autre, une mosaïque avec la muse Calliope entourée par les sept sages, procedance de Baalbek, qui nous a accueilli à l’entrée. Pendant notre visite, l’électricité est parti deux fois.


Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada