dissabte, 25 de setembre de 2010

L’île

Depuis les grandes fenêtres de la maison, je regarde encore une fois cette petite colline sombre qui monte devant la ville de Beyrouth, sur la mer, qui a attiré mon attention le premier jour: c’est la montagne de détritus et des débris de guerre. Formée par la volonté humaine. Notre ami nous dit que les habitants de Beyrouth, avec le système d'égouts détruit pendant et après la guerre de 1975-1990, ont déposé dans la mer tant et tant d’ordures, et des gravats des bâtiments détruits, que l’île est apparue. Et elle est toujours là, 13 pieds de haut et 24 hectares, comme un souvenir de jours difficiles.


Cela me rappelle la formation de l’Isola Tiberina à Rome. En 509 avant JC, las les Romains de ses méthodes autoritaires, ont a dêtroné le dernier roi de Rome, Tarquin le Superbe, et on a créé la république romaine. Personne ne veut rien savoir de la dernière époque de Tarquin, même on ne veut plus les moissons récoltés qui se sont développées durant le règne despotique, alors les campagnards les jettent dans la rivière et l’île est née dans le milieu du Tibre. L’histoire se répète. Ou la légende. Parfois. Sur la photo, si vous regardez attentivement, vous pouvez voir l’île de l’autre côté de la baie.

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada